Les omégas 3, un réflexe nutritionnel quotidien ! - Isabelle de Vaugelas
575
post-template-default,single,single-post,postid-575,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Les omégas 3, un réflexe nutritionnel quotidien !

Des études épidémiologiques ont constaté que la consommation d’omégas 3 était insuffisante en France : les apports sont en effet inférieurs de 50 à 80 % aux apports nutritionnels conseillés qui sont de 2 g par jour. Pourtant, les omégas 3 font partie des bonnes graisses que l’on peut consommer sans culpabiliser. En effet, ces acides gras sont essentiels à notre équilibre puisqu’ils sont indispensables notamment au bon fonctionnement de notre cerveau et contribuent aussi à la prévention de l’obésité. Compte tenu de ces bienfaits, dès la naissance, les omégas 3 doivent figurer en bonne proportion dans l’assiette.

Les bienfaits des omégas 3 sur le fonctionnement du cerveau

Un apport suffisant en omégas 3 permet de conditionner le bon fonctionnement de la plupart des cellules dans le cerveau, notamment les cellules nerveuses. Ces aides gras essentiels représentent aussi un constituant majeur de la membrane du cerveau qui contribue au bon fonctionnement des synapses, ces zones d’échange des informations. Dans ce contexte, le rôle des omégas 3 est de fluidifier cette membrane, de la rendre plus souple afin de faciliter la transmission des signaux nerveux. Les omégas 3 sont d’ailleurs nécessaires dès la grossesse, pour le développement des neurones du futur bébé. Et, tout au long de notre vie, plus en avance en âge, nous avons besoin de consommer des omégas 3 car, il est démontré, qu’ils ralentissent le déclin cognitif.
Les omégas 3 auraient aussi un rôle dans la protection contre les accidents vasculaires cérébraux non hémorragiques (les plus fréquents)

Les omégas 3 en prévention du surpoids et de l’obésité0006445406A-849x565

Certes les omégas 3 sont des graisses et donc caloriques. Cependant, de plus en plus d’études suggèrent qu’une carence en omégas 3 pourrait contribuer à ralentir l’épidémie croissante de surpoids et d’obésité. En effet, selon les travaux d’une équipe de chercheurs du CNRS publiés en février 2012 sur le site de la revue Nature, les omégas 3 jouent un rôle capital dans la sensation de satiété et donc sur la limitation de la prise de nourriture. On apprend ainsi que ces acides gras agissent sur un capteur qui sécrète ensuite une hormone qui coupe la faim, limite le stockage des graisses et réduit notre goût pour tout ce qui est gras. Une formidable découverte qui confirme que consommer des omégas 3 permet ainsi de surveiller son poids et de prévenir aussi le surpoids et l’obésité.

Où trouver des omégas 3 dans votre alimentation ?

0002540955QQ-565x849Dans votre assiette, vous retrouvez les omégas 3 essentiellement dans les poissons gras comme le saumon, le hareng ou le maquereau. Mais il existe également des sources d’oméga 3 végétales comme le colza, le lin, les noix que vous pouvez retrouver sous forme d’huile ou encore le soja.