5 bonnes idées pour lutter contre la dépression saisonnière ? - Isabelle de Vaugelas
1580
post-template-default,single,single-post,postid-1580,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

5 bonnes idées pour lutter contre la dépression saisonnière ?

Dès l’automne avec la luminosité naturelle qui diminue les symptômes s’installent : fatigue avec baisse d’énergie, perte d’intérêt pour des activités qui en avaient auparavant, irritabilité, difficulté à se concentrer, besoin exagéré de sommeil, appétence pour le sucré… c’est la dépression de l’hiver ! des solutions naturelles existent

Tout d’abord faire le plein d’aliments riches en oméga 3

En effet un manque d’oméga3 entraine des perturbations des neuromédiateurs dont la sérotonine. Consommez des poissons gras (sardines, maquereaux…), les graines de lin et de chia, les noix de Grenoble, l’huile de colza…
Pour les végétariens et végans, consommer des sources végétales d’oméga-3 comme l’huile de colza, de lin, de cameline ou encore les noix, les graines de lin, en limitant la part des graisses oméga-6 : pas d’huiles de maïs, tournesol, pépins de raisin, pas d’excès de produits céréaliers qui favorisent l’inflammation.

Surveillez votre taux en vitamine D

Un article paru dans Medical Hypotheses décrit le lien entre la dépression saisonnière et le manque de lumière qui limite la quantité de vitamine D dans l’organisme. Selon les chercheurs, le manque de vitamine D favoriserait la dépression saisonnière.
La nutrition.fr nous rappelle : « Comment bénéficier des effets de la vitamine D sur la prévention de la mortalité, des cancers, de l’ostéoporose, sur l’amélioration de l’immunité ? En France, un adulte est considéré déficient en vitamine D si le dosage de la forme de réserve de cette vitamine, ou 25(OH)D dans le sang est inférieur à 75 nmol/L (30 ng/mL). John Cannell et Bruce Hollis, spécialistes de la vItamine D estiment qu’il faudrait avoir en permanence des taux supérieurs à 100 nmol/L ou 40 ng/mL, et plus vraisemblablement compris entre 55 et 70 ng/mL. »
Une supplémentation adaptée selon le dosage biologique individuel sera nécessaire.

Faire le point aussi sur les folates (la B9)

La vitamine B9 favorise la production de sérotonine.
Plus de 11 études impliquant 15 315 personnes, menées sur le lien entre folates et dépression montrent que les personnes dont les taux de folates sont les plus faibles ont un risque de dépression augmenté de 55%. Et la relation inverse est vraie aussi.
Les légumes verts à feuilles comme les épinards, la mâche, les blettes ou les choux mais aussi les oranges, clémentines et autres pamplemousses sont riches en vitamine B9.

La luminothérapie bien sûr

Des lampes de bureau, des réveils simulateurs d’aube, des promenades aux heures d’ensoleillement toutes les occasions sont bonnes pour se recharger en lumière artificielle (très proche de la lumière naturelle) ou naturelle.

Exercice, yoga, méditation

Ils sont aujourd’hui reconnus pour lutter contre ces symptômes passagers mais tellement handicapants.