La cuisine microbiote : soigner sa flore intestinale et calmer ses problèmes digestifs - Isabelle de Vaugelas
2000
post-template-default,single,single-post,postid-2000,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

La cuisine microbiote : soigner sa flore intestinale et calmer ses problèmes digestifs

Vous avez des problèmes de digestion ? Les ballonnements font partie de votre quotidien ? Il est grand temps de mettre un terme à votre inconfort intestinal en choisissant la cuisine microbiote. Pourquoi ? Quelles sont les bienfaits de ce régime alimentaire ? 

Qu’est-ce que le microbiote (flore intestinale) ? 

 

Le microbiote intestinal est l’autre nom de la flore intestinale. Il s’agit en fait de l’ensemble des micro-organismes et de bactéries que l’on retrouve dans notre système digestif et nos intestins (principalement le côlon et l’intestin grêle). Chaque personne a son propre microbiote et ce dernier évolue au fil des années jusqu’à se stabiliser une fois adulte.

Le microbiote joue un rôle important dans notre organisme, et pas uniquement côté digestion, mais aussi sur le plan métabolique, immunitaire et neurologique (Inserm). 

Le saviez-vous ? Le microbiote intestinal pèse environ 2kg et il est composé de près de 1000 espèces de bactéries différentes (chiffres de la FRM). Ça en fait du monde ! 

Quand on parle cuisine microbiote, on entend souvent le mot “probiotiques”. Mais qui sont-ils ? Ce sont en fait des micro-organismes que l’on retrouve dans notre organisme et qui jouent un rôle positif sur notre santé. En gros : des bonnes bactéries !

Pourquoi la cuisine microbiote ? 

Lorsque l’on parle de régime ou de cuisine microbiote, il s’agit de mettre en place une alimentation qui prend soin de ce fameux microbiote et de chouchouter ses intestins. 

Dans la pratique, ce type de cuisine est mis en place pour soulager des patients souffrant de troubles et d’inconfort(s) digestifs entraînés par un déséquilibre de la flore intestinale. Plus simplement, la cuisine probiotique permet de renforcer les bactéries dites amies pour mieux contrer les espèces pathogènes qui causent des réactions inflammatoires. 

La cuisine microbiote : pour soigner quoi ?

Mauvaise digestion, syndrome de l’intestin irritable, ballonnements, inflammations, déséquilibre de la flore intestinale, SIBO (Small Intestinal Bacterial Overgrowth), maladies inflammatoires chroniques comme la maladie de Crohn… de nombreux troubles digestifs peuvent être résolus grâce à la mise en place d’un régime microbiote.

Quelles habitudes adopter et aliments privilégier quand on “cuisine microbiote” ? 

Et maintenant, on mange quoi ? Pour chouchouter sa flore intestinale, quelques nouvelles habitudes alimentaires sont à mettre en place dans votre assiette. Et bonne nouvelle : elles sont aussi très bonnes pour votre ligne et votre santé en général ! 

  • Il est très important de commencer par une phase d’évitement de certains aliments, les FODMAPS avant de les réintégrer très, très progressivement et selon la tolérance individuelle. Les FODMAP (acronyme de Fermentable Oligo-, Di-, Mono-saccharides And Polyols) sont riches en sucres fermentescibles et mal absorbés par l’organisme (sucreries, produits laitiers riches en lactose, confiseries, fruits comme la pomme et la poire, légumes comme les poireaux, ail, échalotes, artichaut). Notez que certains FODMAP sont aussi riches en prébiotiques et sont donc à équilibrer selon l’avis médical !
  • Dans un second temps vous choisissez vos céréales complètes, même chose pour vos farines, pains, pâtes, riz… mais évitez celles qui sont riches en blé (donc oui pour le quinoa, le maïs, le riz thaï ou basmati et le sarrasin)
  • Mangez des fruits (cuits ou très mûrs) et légumes riches en fibres 
  • Mettez des légumineuses dans vos menus
  • Mangez des aliments prébiotiques (qui boostent la croissance des probiotiques) comme l’ail, la banane, le poireau, l’asperge, pamplemousse, topinambour
  • Mangez des aliments fermentés (miso, kimchi, choucroute, pain au levain, cornichons…)
  • Côté protéines animales : optez pour des laitages sans lactose, de la volaille et des petits poissons gras comme la sardine ou le maquereau 

 

Attention : un changement d’alimentation ne se fait pas du jour au lendemain au risque d’accentuer les symptômes. Rome ne s’est pas faite en un jour, alors commencez progressivement et n’hésitez pas à vous faire suivre par un.e spécialiste en (micro)nutrition.

Régime microbiote : mes consultations et ateliers cuisine/santé

Pour un régime alimentaire adapté à votre profil (et votre microbiote !), prenez rendez-vous avec moi pour une consultation en nutrition/diététique individuelle à Paris & Bois-Colombes. Pour un moment convivial avec vos proches, collègues ou vos amis, j’organise des ateliers cuisine/santé thématiques aux dates qui vous arrangent ; la cuisine microbiote en fait partie ! 

Lecture : Si vous souhaitez en savoir plus sur le microbiote, je vous invite à consulter l’article très complet que l’Inserm lui a consacré.