Comment choisir un nutritionniste en 2022 ? - Isabelle de Vaugelas
2704
post-template-default,single,single-post,postid-2704,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.5.0,vc_responsive

Comment choisir un nutritionniste en 2022 ?

Ils sont naturopathes sur Instagram, nutritionnistes autoproclamés sur TikTok, « bobo thérapeutes » sur Facebook, coachs en santé mentale. Ils comptent des milliers d’abonnés sur leur chaîne YouTube dédiée à la médecine douce par les plantes. Mais ces nouveaux gourous sont-ils vraiment aptes à délivrer des conseils de santé ? On fait le point sur les dernières actualités qui ont secoué les secteurs de la santé et du bien-être pour vous éviter les pièges tendus par des charlatans.  

2022 : essor des dérives sectaires et des gourous de la santé et du bien-être

Les chiffres inquiétant du rapport de la MIVILUDES

La crise sanitaire Covid-19 a cristallisé des peurs et de nouvelles défiances à l’égard des organismes officiels. Dans un rapport publié le 3 novembre 2022, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) a fait état de l’augmentation des dérives sectaires avec une hausse de 33,6 % des saisines en 2021 par rapport à 2020, soit près de 4020. Comparé aux chiffres de 2015, cela représente un bond de 86,1 %

La santé et le bien-être : des secteurs particulièrement touchés par les dérives sectaires

Les dérives sectaires frappent plus particulièrement le secteur de la santé et du côté des pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique (source : rapport d’activité MIVILUDES 2022). Sur l’ensemble des saisines, le pôle santé est en deuxième position, après le pôle sécurité, avec un pourcentage de 25 %. Naturopathie, reiki, nouvelle médecine germanique, crudivorisme, etc., ces professions ont un point commun : elles ne sont pas reconnues par la médecine conventionnelle. 

Dans son rapport, la MIVILUDES a traité 744 saisines dont 70 % concernent les pratiques de soins non conventionnelles ! Côté bien-être, 173 saisines traitées sont relatives au développement personnel, dont 54 % au coaching.

Source du visuel : rapport MIVILUDES 2022

👉 Le rapport de 216 pages est entièrement téléchargeable et consultable sur le site du MIVILUDES. En cas de doute, vous pouvez aussi demander l’avis de la MIVILUDES via un formulaire en ligne. 

Quand Doctolib fait le ménage sur sa plateforme… 

On peut à ce sujet faire le lien avec le récent scandale Doctolib qui a entraîné la suspension de plusieurs comptes de naturopathes en août 2022. La plateforme de prise de rendez-vous médicaux a d’ailleurs annoncé la suppression des comptes de 5 700 sophrologues et naturopathes (source : francetvinfo). Elle affirme sa volonté de référencer les professionnels de la santé référencés auprès des autorités.

C’est quoi un professionnel de la santé ?

En France, l’exercice des professionnels de la santé est réglementé. Ces derniers se divisent en 2 catégories : 

  1. les professions médicales : médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes et pharmaciens 
  2. les professions paramédicales : aides-soignants, auxiliaires de puériculture, ambulanciers, assistant dentaires, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues, ergothérapeutes, psychomotriciens, orthophonistes, orthoptistes, manipulateurs d’électroradiologie médicale, techniciens de laboratoire médical, audioprothésistes, opticiens-lunetiers, prothésistes, orthésistes, diététiciens.

💡 Tous les professionnels de la santé (libéraux et salariés) possèdent un numéro ADELI ou RPPS, inscrit dans un répertoire national. Celui-ci est mentionné sur la carte de professionnel de santé (CPS). Les diététiciens en tant que paramédicaux possèdent un numéro ADELI.

Les “nutritionnistes” ou “coach en nutrition” sont-ils reconnus en tant que professionnels de la santé ?

Attention aux appellations ! Oui, les médecins nutritionnistes ont un diplôme de médecine et un diplôme en nutrition. Ils sont habilités à prescrire des médicaments par exemple. À l’usage, le terme “nutritionniste” est souvent utilisé seul pour désigner uniquement un “spécialiste en nutrition” qui n’a pas forcément de diplôme reconnu par l’État.

Profession réglementée, le diététicien exerce dans le domaine de la nutrition. Il a suivi une formation (Diplôme d’État, BTS ou DUT). Le code de la santé publique définit le métier de diététicien comme suit « Est considérée comme exerçant la profession de diététicien toute personne qui, habituellement, dispense des conseils nutritionnels et, sur prescription médicale, participe à l’éducation et à la rééducation nutritionnelle des patients atteints de troubles du métabolisme ou de l’alimentation, par l’établissement d’un bilan diététique personnalisé et une éducation diététique adaptée ». Et il ajoute « Seules peuvent exercer la profession de diététicien les personnes titulaires du diplôme d’État mentionné à l’article L. 4371-3 (diplôme d’État français de diététicien) ou titulaires de l’autorisation prévue à l’article L. 4371-4 ou mentionnées à l’article L. 4371-7 ».

Maintenant, comment choisir son/sa nutritionniste ? 

    • Demandez conseil à votre médecin traitant, il a un réseau fiable d’adressage.
    • Vérifiez la qualification du praticien, numéro ADELI ou RPPS et les diplômes (médecin nutritionniste, ou diététicien).
    • Observez ses méthodes et son approche. Il faut qu’elles soient personnalisées et adaptées à votre profil. Il faut que le spécialiste prenne le temps de vous écouter, d’en apprendre davantage sur vos antécédents ou le motif de la consultation. Il/elle peut vous envoyer consulter d’autres spécialistes ou réaliser des examens médicaux complémentaires. Méfiez-vous des discours “miraculeux” et des remises en cause des traitements médicaux. 
    • Privilégiez les nutritionnistes qui ont un site Internet, une page Doctolib, voire une page Google My Business avec des avis de patients, plutôt que ceux qui exercent uniquement sur Instagram ou les réseaux sociaux.
    • Consultez le site de la Société Française de Nutrition pour connaître les dernières actualités de la profession.
    • Dans le cadre d’une perte de poids, le nutritionniste ne vous fait pas forcément atteindre le poids que vous aviez en tête, mais plutôt votre poids de forme, soit celui où vous êtes en bonne santé. 
    • Vous pouvez aussi vérifier si l’entreprise est immatriculée et possède un numéro SIRET.

 

Sinon… prenez rendez-vous avec moi. 😉

Pour en savoir plus sur mon parcours, je vous invite à consulter ma biographie. Avant d’exercer en tant que nutritionniste-diététicienne (numéro ADELI 92 95 03241), je suis docteur en pharmacie. 

Diplômée de l’Université de Créteil en tant que diététicienne-nutritionniste et titulaire d’un diplôme Universitaire en Alimentation Santé et Micronutrition, je continue de suivre des formations spécialisées (santé de la femme, pathologies spécifiques, etc.) pour mieux vous accompagner en consultation

Mon travail et mon expertise m’ont permis de publier différents ouvrages chez un éditeur reconnu (Albin Michel) – et pour certains rédigés et/ou préfacés par des médecins nutritionnistes –, ou encore d’être invitée sur des plateaux TV.