Nutrition : que penser du jeûne ? - Isabelle de Vaugelas
2189
post-template-default,single,single-post,postid-2189,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
les bienfaits du jeûne

Nutrition : que penser du jeûne ?

Thérapeutique, culturel, religieux, le jeûne est une très ancienne pratique qui consiste à ne pas manger pendant un certain laps de temps. S’il possède de nombreux intérêts sur le plan nutritionnel (détoxifier l’organisme en laissant le système digestif au repos), le jeûne ne doit pas se pratiquer à la légère et quelques précautions doivent être impérativement prises. Au risque de causer des effets néfastes sur l’organisme.

Jeûne intermittent ou jeûne séquentiel ? Quand faire un jeûne ? Qui peut faire un jeûne ? Quels sont les bienfaits du jeûne ? 

Les avantages et bienfaits du jeûne 

En privant l’organisme de glucides (son énergie), le jeûne oblige après un certain laps de temps le corps à puiser dans ses réserves pour faire fonctionner notre organisme (foie, cœur, muscles, intestins…). 

On peut observer sur l’organisme de nombreux avantages liés à la pratique du jeûne. Cette interruption volontaire de l’alimentation permet de :

  • détoxifier son organisme
  • purifier et réactiver son système digestif
  • améliorer le taux de cholestérol
  • booster le métabolisme
  • favoriser l’oxydation et l’élimination des mauvaises graisses en puisant dans ses réserves
  • diminuer la fatigue, la pression artérielle et le stress oxydant
  • améliorer le sommeil
  • réduire les inflammations
  • vous reconnecter avec la sensation de faim et la satiété 

Intermittent, partiel, complet, prolongé : les différents types de jeûne

Il existe différentes pratiques du jeûne.

Lors d’un jeûne complet, seule l’eau est autorisée pendant un temps défini (1 jour ou plus). Le jeûne partiel (plutôt assimilable à une détox finalement) autorise la consommation de certains types d’aliments comme des jus de légumes frais, bouillons ou de fruits frais. 

tisane et thé pour le jeune

Le jeûne intermittent, ou fasting, est devenu depuis quelques années un vrai phénomène de mode. Le jeûne intermittent consiste à réduire le temps dans une journée où vous pouvez manger. La fenêtre de jeûne varie de 12h à 16h maximum. Elle consiste ainsi à prolonger la phase de jeûne que nous connaissons tous : le moment où l’on dort ! Lors du jeûne intermittent, vous pouvez (devez !) boire de l’eau et il vous est possible de consommer des boissons non sucrées et non caloriques, comme du thé, café ou de la tisane. On évite néanmoins de choquer l’organisme avec trop de caféine ou de théine. 

Pendant un jeûne intermittent, les aliments ne sont pas réintroduits de manière progressive contrairement au jeûne complet. Néanmoins, pour booster son efficacité, on ne rompt pas le jeûne avec des aliments ultra-transformés. On mise sur une alimentation équilibrée et saine à base de légumes et fruits, de viandes maigres et de glucides complets (quinoa, boulgour…). Il est important de fournir à l’organisme de l’énergie, des nutriments essentiels, surtout si le jeûne intermittent se prolonge sur des longues périodes. 

Il existe aussi un type de jeûne où l’on supprime le sucre : le régime cégotène. Ce type de régime qui mise sur les lipides en supprimant les glucides est indiqué dans certaines pathologies précises comme l’épilepsie, le cancer, ou dans le cadre de la prévention des maladies neurodégénératives. 

Dans tous les cas, un encadrement médical et un suivi du jeûne par un praticien de la santé est fortement recommandé. 

le jeune et la perte de poids

La grande question : le jeûne fait-il perdre du poids ?

Attention : le jeûne ne doit jamais avoir pour objectif principal la perte de poids. Il prend place au sein d’un processus visant le bien-être du corps et de l’esprit. Mais oui, le jeûne, et notamment le jeûne intermittent, peut avoir des effets positifs sur le poids sur le long terme et contribuer à une réduction de la masse grasse sans toucher à la masse musculaire. 

Le jeûne ne doit pas devenir un régime restrictif : En effet, les apports nécessaires sont répartis sur un timing plus serré qui respecte des plages horaires sans consommation d’aliments. Se priver ne résout pas sur le long terme les problèmes de poids. Pire : on reprend souvent plus de kilos. 

Pensez sur le long terme. Rome ne s’est pas faite en un jour. Chaque effort aujourd’hui aura un impact sur demain. Un peu de patience, tout vient à point à qui sait attendre. 

Les contre-indications à la pratique du jeûne 

Tout le monde ne peut pas pratiquer le jeûne. Il existe de nombreuses contre-indications. Les femmes enceintes, les personnes souffrant de troubles cardiovasculaires ou de carences, ne doivent pas se lancer dans un jeûne. 

Dans tous les cas : faites-vous suivre par un professionnel de la santé. Réfléchissez aux raisons qui vous motivent à faire un jeûne (poids, pathologie à soigner ou prévenir, longévité, bien-être, curiosité…) et contactez un médecin ou un nutritionniste/diététicien.

Si vous recherchez une nutritionniste pour vous accompagner et déterminer quel type de jeûne vous conviendrait le mieux, contactez-moi.