L’alimentation pour prévenir les infections urinaires et la cystite de l’été - Isabelle de Vaugelas
2381
post-template-default,single,single-post,postid-2381,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
infection urinaire article

L’alimentation pour prévenir les infections urinaires et la cystite de l’été

En raison de la déshydratation liée aux fortes chaleurs, les infections urinaires sont plus courantes en été. Associées à une hydratation suffisante et quelques bonnes pratiques, la nutrition et certains aliments peuvent vous aider à prévenir certaines gênes urinaires. Ces conseils ne sont pas curatifs et ne vous soigneront pas en cas d’infection déclarée. Ils peuvent néanmoins diminuer les risques de récidive et/ou accompagner favorablement les traitements donnés par votre médecin. Si les symptômes persistent : n’attendez pas et consultez rapidement votre médecin. 

Boire beaucoup oui, mais on boit quoi en cas d’infection urinaire ? 

Pour prévenir les cystites, buvez de l’eau régulièrement. Il est recommandé de boire au minimum 1,5 litre d’eau par jour. En période de forte chaleur ou en cas de petite gêne urinaire, doublez le volume (entre 2 et 3 litres par jour). 

Dans un premier temps correspondant au temps du traitement,  il est important d’acidifier les urines afin de favoriser l’élimination de la bactérie responsable de l’infection urinaire (Escherichia Coli). Cela ne devra pas excéder 1 semaine.

Du jus de cranberry (canneberge)

Le jus de cranberry, aussi appelé canneberge, possède des vertus antibactériennes qui participent à éviter le développement des bactéries en agissant sur le pH de votre urine. Le cranberry acidifie les urines. Elle crée un climat défavorable à une des bactéries principales qui cause des infections urinaires et qui se développe en pH neutre : Escherichia Coli. Grâce à sa concentration en proanthocyanidines de type A (ou PAC A), la canneberge empêche également l’adhésion des bactéries qui sont plus facilement évacuées dans les urines, d’où l’importance d’aller régulièrement aux toilettes ! 

Il convient donc d’en consommer régulièrement afin de limiter les risques. 

Tous les jus de cranberry ne se valent pas et certains ont une composition proche du soda. Consultez les étiquettes et préférez les jus de canneberge bio purs.

Une bonne pratique ? À l’heure de l’apéro, remplacez un verre d’alcool par un verre de cranberry. 

Des infusions de bruyère et busserole pour prévenir les risques de cystite

Les propriétés anti-inflammatoires et anti-infectieuses de la bruyère sont connues pour faciliter le flux urinaire et limiter les gênes au tout début de l’apparition des signes. De leur côté, les vertus antiseptiques de la busserole sont également appréciées en cas de gêne urinaire. Vous pouvez les consommer sous la forme de tisane et d’infusion plusieurs fois par semaine. Buvez-les froides en été avec quelques glaçons pour vous rafraîchir ! Ça change de l’eau ! 

cranberry infection urinaire coli

Quels aliments consommer en cas d’infection urinaires à Escherichia Coli avérée ? 

Étape 1 : on acidifie et chasse la bactérie !

Dans un premier temps, il s’agit de chasser la bactérie grâce à une alimentation et des boissons acidifiantes.

Limitez les aliments riches en nitrates (basifiant) et particulièrement ceux en contenant entre 1500 à 2000 mg/kg :

  • Roquette
  • Epinard
  • Laitue
  • Radis
  • Betterave
  • Chou chinois

Favorisez les aliments riches en L méthionine :

  • Noix du brésil
  • Lait écrémé
  • Sardines
  • Fromages
  • Graine de citrouille
  • Lapin
  • Foie de poulet 

Cette étape ne doit pas excéder 1 semaine le temps que les douleurs disparaissent.

Étape 2 : on basifie et rétablit le pH !

Dans un second temps, lorsque les douleurs ont entièrement disparu et après un test urinaire, il s’agit de rétablir le pH normal en consommant des aliments alcalinisants/basifiants selon l’équilibre personnel de chacun. 

Bien que la bactérie Escherichia Coli soit dans une majorité des cas la grande coupable, il faut rapidement identifier la bactérie qui cause l’infection pour trouver un traitement adapté. Ne laissez pas traîner et consultez rapidement un médecin si vos troubles urinaires persistent plusieurs jours sans aucune amélioration.

Certains changements d’environnement et habitudes favorisent les cystites comme la constipation, ne pas assez boire, avoir une alimentation trop riche en fruits et légumes, la manière dont vous vous essuyez aux toilettes (toujours de l’avant vers l’arrière et non l’inverse !), des vêtements trop serrés ou des sous-vêtements synthétiques.

Quid des compléments alimentaires pour prévenir ou après une cystite ? 

Il est tout à fait possible de trouver en pharmacie des compléments alimentaires à base de bruyère, de busserole ou de canneberge. Il convient de vérifier la concentration (le grammage !) qu’ils contiennent. Misez sur une concentration de cranberry à 35 mg de PAC A par jour en prévention pendant 2 à 3 semaines avant les vacances.

Les probiotiques peuvent également être intéressants en cure. Ils viennent rétablir l’équilibre de votre flore (microbiote) fragilisée par les antibiotiques.

En cas de doute, vous pouvez vous procurer en pharmacie et sans ordonnance un test urinaire vendu en kit de plusieurs bandelettes.

À lire aussi :