Nutrition & cancer : ce qu’il faut savoir - Isabelle de Vaugelas
2508
post-template-default,single,single-post,postid-2508,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.5.0,vc_responsive
nutrition et cancer

Nutrition & cancer : ce qu’il faut savoir

En France, le cancer est la première cause de mortalité devant les maladies cardiovasculaires depuis 2004. Dans le monde, il occupe la deuxième place et tue près de 10 millions de personnes par an (source : Fondation ARC). 

Si l’alimentation ne peut pas guérir le cancer, elle peut aider à soulager le malade. L’état nutritionnel du malade étant à surveiller de près, il existe un certain nombre de recommandations nutritionnelles établies par les professionnels de santé. L’alimentation santé joue également un rôle dans la prévention du cancer et diminution des risques.  

Qu’est-ce qu’un cancer ? 

Pour faire simple, le cancer est une maladie liée au développement anarchique et à la multiplication de cellules anormales. Cette perturbation de la régulation entraîne la formation d’une tumeur. 

Les agressions extérieures (stress, tabac, alcool, maladie, mauvaises habitudes alimentaires, soleil etc.), ou une prédisposition génétique, peuvent entraîner des dérèglements de l’ADN et des gènes qui s’occupent d’ordonner le processus naturel de multiplication et développement de vos cellules. 

Comment adapter son alimentation quand on a un cancer ?

Surtout, il ne faut pas modifier tout seul.e son alimentation. Un encadrement médical par un professionnel de santé est indispensable. 

Pourquoi l’accompagnement nutritionnel fait également partie des priorités ? Un suivi adapté au profil du patient et à son cancer sont nécessaires afin d’éviter la perte de poids ou la prise de poids, selon les cas. Par exemple, la prévention et la détection d’une dénutrition sont au coeur du parcours des patients souffrant d’un cancer du poumon, du pancréas, du colon ou encore de l’estomac. C’est pourquoi un nutritionniste est généralement présent dans l’équipe soignante, dans le cadre de la prise en charge du patient.

Voici quelques recommandations pendant et après la maladie côté alimentation et hygiène de vie :

  • éviter de consommer de l’alcool,
  • ne pas fumer, 
  • ne pas prendre des compléments alimentaires,*
  • pratiquer une activité physique quotidienne adaptée,* 
  • ne pas faire de régime ou de jeûne thérapeutique,*   
  • éviter les aliments ultra-transformés,
  • adopter une alimentation équilibrée et variée. 

*et sauf indication médicale et encadrement médicalisé.

Vous avez besoin d’adapter votre alimentation ? Je propose des coachings nutrition adaptés au cancer dans mes cabinets à Paris et Bois-Colombes, mais aussi à distance. 

fruits frais et altères pour faire du sport

Prévention du cancer : comment adopter une alimentation santé ?  

L’alimentation joue un rôle important dans la prévention de nombreuses maladies (obésité, diabète, maladies cardiovasculaires, cancer, ostéoporose, maladies inflammatoires, chroniques…). Elle est vecteur de vitalité et de santé. La nutrition n’est pas miraculeuse, elle permet néanmoins de réduire les risques de développer des maladies. 

Les mauvaises habitudes alimentaires figurent parmi les facteurs de risque du cancer (source : brochure fondation ARC pour la recherche sur le cancer, édition 2021). Le Plan National Nutrition Santé (PNNS) propose une série de recommandations (hygiène de vie et nutrition) dans le cadre de la prévention des cancers :

  • limiter sa consommation d’alcool (pas plus de deux verres par jour et pas plus de 10 par semaine), 
  • pratiquer une activité physique régulière (30 minutes par jour à intensité modérée et au minimum 20 minutes d’activité sportive intense 3 jours par semaine),
  • ne pas fumer, 
  • adopter une alimentation équilibrée,
  • consommer 5 fruits et légumes frais par jour,
  • limiter sa consommation d’aliments gras, salés et sucrés (charcuterie, fromages),
  • éviter le sel (pas de plats transformés, ne pas en ajouter pendant la cuisson ou dans votre assiette),
  • limiter la viande rouge (- de 500 grammes par semaine),
  • manger des aliments riches en fibres de type céréales complètes ou fruits à coque.

À ces recommandations s’ajoutent celles mentionnées plus haut. 

On estime actuellement que 40 % des cancers pourraient être évités grâce à la prévention (source : brochure le cancer par la fondation ARC).

Cancer et régime cétogène : on en pense quoi ?

Le régime ou la diète cétogène contre le cancer des Professeurs Kammerer, Schlatterer, Knoll docteurs en biologie est prescrit dans le cadre du traitement de certaines maladies dégénératives ou le cancer. L’état de cétose contribue à améliorer votre santé, à augmenter et stabiliser votre énergie, à rétablir l’équilibre de votre métabolisme et au bon fonctionnement des neurones. 

Dans le cadre du cancer, des études ont démontré que le régime cétogène pouvait ralentir la croissance des tumeurs et augmenter l’efficacité des chimiothérapies. Pour grandir, les cellules se nourrissent en effet de sucre et le régime cétogène diminue ou élimine les glucides de l’alimentation. Les études sont encore en cours, donc patience. 

Ne vous lancez pas dans une diète cétogène seul.e. Faites-vous toujours accompagner par un professionnel de santé. Voici à ce sujet mes conseils pour réussir un régime cétogène.

Quelques sites pour vous informer sur le cancer : 

Tags:
,